Créer mon blog M'identifier

J'aime :)

Le 29 avril 2013, 16:46 dans Humeurs 0

- la sexytude de mon homme

- que la vie m'ait montré qu'elle n'en avait pas fini avec moi

- avoir traversé ce pont après l'avoir regardé pendant si longtemps

- m'émerveiller sur tout ce qu'il y a de ce côté du pont

- paresser entre les pages d'un livre

- me foutre totalement de ce que les autres pensent de moi

- que les mots qui reviennent quand on parle de moi soient "sourire" et "joie de vivre"

- avoir eu les cojones de me barrer pour tout recommencer

- avoir compris que la vie ce n'est pas se trouver, mais s'inventer chaque jour

- être toujours moi, no matter what

- être la définition du mot "perfection" pour mon homme

- faire rire mon homme jusqu'à ce qu'il en pleure

- câliner ma fille jusqu'à ce qu'elle s'endorme dans mes bras

- rouler en voiture au hasard et découvrir des endroits magiques

- avoir chaque jour des tas de raison de sourire

- me réveiller chaque matin en sachant que quelqu'un attend que je me réveille

- avoir compris que ce n'est pas la fin heureuse qui compte, mais l'histoire

- savoir que tout ira bien à la fin, et que si ça ne va pas c'est que ce n'est pas la fin

- aimer et être aimée

- être la personne la plus optimiste et enthousiaste que je connais

- me dire que chaque atôme de mon corps a été un jour un atôme d'étoile

- être libre

Le délit de faciès inopiné

Le 26 avril 2013, 09:55 dans Humeurs 0

Un article sur le Huffington Post a attiré mon attention ce matin. Rares sont les articles qui me font cet effet, mais là, wouaouh, c'était trop drôle pour passer à côté. Un homme, Omar Borkan Al Gala, originaire de Dubai, a été expulsé d'Arabie Saoudite, sous prétexte que sa beauté allait perturber les femmes du pays. Extrait de l'article : "Le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, la police religieuse saoudienne, n'a pas apprécié le charme du garçon. Jugé dangereux, il a été renvoyé dans son pays par le premier avion avec deux de ses compatriotes. Les autorités saoudiennes auraient eu peur des réactions de la gent féminine devant tant de perfection masculine, selon les informations d'un journal local. C'est le site Jezebel, qui a révélé l'identité du photographe, acteur et poète Omar Borkan Al Gala."

Je vous laisse juger de cette perfection masculine (*bave*) et avouons-le, il y a de quoi affoler la gent féminine :

Effectivement, nous, ça nous fait sourire, voire franchement rigoler, car le délit de faciès est plutôt inversé dans notre pays. Je me souviens, à l'époque où je vivais avec un hindou, avoir été la victime d'une sorte de délit de faciès. Dans la famille très conservatrice de ce fameux hindou, c'était très clair : les parents choisissent la mariée, qui doit répondre à certains critères de beauté (beaucoup), d'éducation (pas trop), de couleur (une hindou du nord est plus blanche qu'une hindou du sud), de religion, et surtout surtout de caste. Il faut au minimum taper dans la même caste.

Bref. Me voilà, moi, débarquant dans la vie de cet hindou, avec mes nombreuses lacunes :

  • éducation : ah mince, j'ai fait des études supérieures et je ne veux pas me contenter de la condition féminine typique cuisine-enfants-mari.
  • couleur : ouh la je suis carrément trop blanche même si ma peau d'espagnole parait plutôt mate aux yeux des français.
  • religion : oups, je suis athée, ça craint du boudin.
  • caste : euh, ça correspond à quelle caste une maman instit et un papa directeur général ? Ah ba on sait pas, on n'a qu'à dire que c'est naze comme caste.

Non je ne parle pas du critère de beauté, j'ai une très bonne estime de moi :) Cette relation a tout de même duré presque 6 ans, avant que j'admette que je n'avais aucun avenir avec monsieur. Car même s'il vivait en France, à quelques 9437km de ses parents, il n'était pas question qu'il aille contre la volonté de sa famille, volonté qui se résumait à "Non, pas elle". Plus jeune, je ne m'attendais pas à être "victime" de discrimination raciale dans mon propre pays. Je suis plutôt du genre très tolérante en matière de culture, religion et origines. A l'époque, je me demandais comment ses parents pouvaient le laisser vivre en Europe en espérant qu'il suive les préceptes de son lointain pays. Il vit toujours en France d'ailleurs et je ne sais pas s'il est marié à une française, une hindou, célibataire ou autre. Tiens, ce serait marrant de savoir ;)

Les conneries des livres sur l'éducation

Le 24 avril 2013, 11:54 dans Humeurs 5

Quand j'ai eu ma fille, j'ai voulu appliquer les préceptes de la "bonne" parentalité. Vous savez, la douce, la compréhensive, celle qui évite les fessées, tout ça tout ça. J'ai lu plusieurs livres à ce sujet et j'ai cru avoir de bonnes pistes d'éducation. Oui, j'ai cru. Parce que 7 ans après, ça me fait doucement rigoler tout ça.

En théorie, j'avais adoré le concept du "j'explique à mon enfant que ce qu'il fait est interdit, je lui explique aussi pourquoi, je lui explique également qu'elle va être punie, pourquoi, comment, où et combien de temps". Ouais. Ok. Autant vous dire que j'ai changé de stratégie après avoir passé 3 ans à expliquer toute la journée à ma fille que "non ce n'est pas bien ma chérie, parce que là, ce que tu fais c'est mal. Qu'est-ce que le mal ? Alors ma chérie, le mal c'est patati et patata...". "Oh super ma chérie, c'est bien ce que tu as fait. Qu'est-ce que le bien ? Mais bien sûr, laisse-moi t'expliquer ce qu'est le bien. Alors patati et patata...". "Ca c'est carrément interdit par la loi ma chérie. Comment ? Qu'est-ce que la loi ? Alors la loi ma chérie c'est patati et patata...".
 "Non ma chérie, à 3 ans, ce n'est pas bien d'être montée sur les toilettes pour escalader le lavabo, te mettre debout dedans, ouvrir le placard que je croyais hors d'atteinte, y prendre mes ciseaux de coiffeur qui sont à côté des rasoirs et des produits toxiques, redescendre du lavado, aller te couper les cheveux dans ta chambre, planquer les cheveux dans ton panier à linge, ne rien me dire et imaginer que je ne vais rien voir. (histoire vécue inside). Pourquoi ce n'est pas bien ? Alors laisse-moi t'expliquer...". Non, non non non. Cette fois là, ça a plutôt été "Mais t'es complètement malade ma parole !!! T'aurais pu te fracasser la tête par terre sur le carrelage !!!! T'aurais pu te couper et te blesser gravement !!! Là t'as juste fait preuve d'une profonde connerie !!!!". Ce jour là, j'ai arrêté d'expliquer pendant des heures et j'ai grondé, fort, j'ai explosé, j'ai puni, et j'ai décidé que de temps en temps, quand ce serait trop énorme, elle se passerait d'explications et subirait juste ma colère et ma déception.

J'ai aussi lu un livre qui expliquait à quel point il est important de jouer avec ses enfants. Qu'à cela ne tienne, je me suis mise à jouer avec ma fille. Ouais. Ok. Autant vous dire que me traîner sur un tapis d'éveil pendant 3 plombes, m'extasier sur le fait qu'elle appuie sur des boutons, qu'elle réussisse à faire passer le cube par l'ouverture en forme de cube et pas en forme de triangle, ou imiter des cris d'animaux m'a très très mais très vite gonflée. J'ai arrêté hein, de jouer avec elle, jusqu'à ses 5 ans à peu près. Aujourd'hui, quand on joue ensemble, elle joue à me coiffer (je n'ai pas besoin de bouger), à la maman (je suis le bébé qui dort, pas besoin de bouger), à me présenter des spectacles (oui je suis spectatrice, pas besoin de bouger à part pour applaudir) etc. Une fois, elle a voulu qu'on joue à la maîtresse. C'était elle la maîtresse : "LES ENFANTS VOUS ETES NULS !!!!! LEO RETOURNE A TA PLACE !!!! AU COIN !!!!! TAISEZ-VOUS !!!!! ASSEYEZ-VOUS !!!! DEBOUT, ASSIS, COUCHES, DONNEZ LA PATTE !!!!" On n'a plus jamais rejoué à la maîtresse ensemble :)

J'avais aussi lu quelque part qu'il fallait parfois laisser l'avantage à son enfant, par exemple en faisant gentiment la bagarre. Ma fille ayant un vrai problème avec le fait que ce ne soit pas elle qui commande, j'ai décidé de mettre ça en application. Ouais. Ok. Fillote et moi avons donc fait la bagarre. Fillote s'est un peu trop prise au jeu, Fillote a eu du mal à se contrôler, Fillote m'a malencontreusement collé son genou dans l'oeil, oeil qui est resté fermé pendant 2 jours.

Je vais mettre ici quelques inepties lues dans les sacro-saints livres sur l'éducation :

- "Frapper tout le temps son enfant pour l'éduquer est une mauvaise éducation, par contre si vous sentez que votre enfant a dépassé les bornes à plusieurs reprises, vous pouvez le faire, mais avec amour pour son éducation." C'est-à-dire...?? je peux la frapper si je lui dis que j'aime son éducation et que je mets tout plein d'amour dans ma fessée ?

- "Eduquer un enfant sans punition doit rester l'objectif de toute éducation." Ca, ça doit sans doute être la plus grosse connerie que j'ai pu lire. C'est vrai que c'est vachement intelligent d'éduquer un enfant dans l'idée que ses bêtises n'ont pas de conséquence sur lui. A la revoyure au tribunal dans quelques années hein ;) "Non monsieur le juge, vous n'avez pas le droit de me punir, c'est les livres qui le disent !!"

- "Ne montrez jamais à votre enfant qu'il vous fait de la peine ou il aura trouvé un moyen de contrôle sur vous." En résumé, montrez à votre enfant que ce qu'il vous dit ne vous fait ni chaud ni froid, bref qu'il ne vous touche pas et que vous vous en foutez royalement. C'est vrai, c'est tellement sain d'enseigner à son enfant qu'il faut se taire au lieu d'exprimer ses sentiments, et que lorsqu'on les exprime on devient faible parce que les autres vont forcément profiter de ça pour nous contrôler. :)

Je ne suis pas une mère parfaite, loin s'en faut, mais je ne cherche surtout pas à en être une. Je suis qui je suis, avec mon caractère et mon tempérament. Les chiens ne faisant pas des chats, j'ai une petite fille au fort caractère, qui aimerait bien commander et être plus libre et autonome, est souvent en opposition et régulièrement insolente. Elle est comme moi et même si ça m'agace la plupart du temps, je ne peux pas lui reprocher de faire ce qu'elle me voit faire. Par contre je lui explique qu'en tant qu'adulte j'assume les conséquences de mes actes et mes paroles, ce qu'elle n'est pas encore en mesure de faire à 7 ans. Donc oui, la fameuse phrase assassine "je suis adulte donc moi je peux et pas toi", elle l'entend, et elle la comprend. Oui, elle a aussi reçu des fessées, et non je ne culpabilise pas pour ça. Oui, quand j'ai vu la fameuse crise d'opposition de ses 2-3 ans, je me suis dit que j'allais bien morfler quand elle serait ado. Oui, j'ai laissé tomber des préceptes à la con car oui, elle aura un téléphone portable quand elle sera au collège, oui elle aura son pc portable parce qu'un geekette engendre forcément une geekette. Oui, à 7 ans elle sait parfaitement comment on fait les bébés, ce que veut dire "faire l'amour" et pourquoi il faut se méfier des gens qu'elle ne connait pas. Oui, elle regarde la télé quand elle veut et finalement elle la regarde très peu. Oui, quand elle fait la comédie pour ne pas faire ses devoirs, je ne l'aide pas et elle se débrouille avec la maîtresse le lendemain (autant vous dire qu'elle les fait, ses devoirs). Oui, quand elle fait des caprices pour mettre des sandales alors qu'il fait froid je la laisse faire, et tant pis pour elle si elle a froid (autant vous dire qu'elle l'a fait une fois mais pas deux). Oui, quand elle a un aphte après avoir refusé de se laver les dents pendant plusieurs jours, je ne lui donne aucun médicament et elle se débrouille (autant vous dire qu'elle se lave consciencieusement les dents matin et soir depuis).

En gros, je continue d'expliquer quand je le juge nécessaire, je n'impose pas tout, je la laisse faire ses expériences, et la plupart du temps j'ai droit à "en fait tu avais raison maman, c'était naze de pas vouloir faire comme tu m'avais dit." Je ne culpabilise pas, je lui montre mes sentiments, que ce soit "je t'aime" ou "lâche-moi la grappe", je lui parle de ce que je vis et de ce qu'on va vivre ensemble, et j'ai une petite fille qui me parle d'elle, de ce qu'elle vit et de comment elle le vit. Je ne suis pas tout le temps avec elle parce que j'ai besoin de moments sans elle, et elle sait que ça n'a rien à voir avec l'amour que je lui porte. Et j'ai une petite fille qui sait jouer seule et s'éclater, bourrée d'imagination, qui a aussi besoin de moments sans personne, qui sait le dire et qui apprécie d'autant plus les moments qu'on partage.

Bref, la vie est beaucoup plus légère et agréable comme ça, quand on éduque son enfant en accord avec ce qu'on est. Aux chiottes tous ces livres à la con !!!

Voir la suite ≫